Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

25/09/2007

Retour à Belfast - 7

Reprise (enfin!) de mes Chroniques belfastoires - toujours en guise de suite à "Un été à Belfast" (L'Harmattan). Lisez ou relisez les épisodes précédents dans la rubrique spécifique. Vous pourrez aussi les retrouver ainsi que d'autres aventures urbaines sur mon autre blog : http://memoires-urbaines.over-blog.com

 

La voiture se faufile tant bien que mal dans les embouteillages et la nuit noire. Elle gagne le quartier universitaire où se trouvent une partie des bureaux du Social Economy Belfast programme. Une perpendiculaire à Botanic Avenue est fermée par une barrière de sécurité. Rachel l'ouvre en tapant son code.

- Cette rue est notre parking. Il y a pas mal de bureaux par ici.

La rue m'avait l'air a priori plutôt résidentielle. Mais bon! Les maisons doivent dater du début du siècle - pas celui-ci, l'autre (le 20e siècle, puisque nous sommes censés être au 21e). Rachel connaît un endroit où le thé et les gâteaux valent le détour. Peu importe l'endroit pour moi. Du moment qu'on soit au chaud.

Le salon s'avère des plus accueillant. La clientèle semble majoritairement estudiantine, le personnel asiatique. Après avoir passé commande au bar, nous nous choisissons une table. Rachel sort plusieurs documents de son sac et entreprend de m'expliquer la situation de l'économie sociale en Irlande du Nord.

 

800 entreprises d'économie sociale

En 2004, l'Irlande du Nord comptait 800 entreprises d'économie sociale, dont 170 à Belfast. Celles-ci étaient, bien entendu, à différents stades de développement. La plupart se trouve implantée dans des zones défavorisées et participe au processus de réconciliation des communautés. A Belfast, elles sont principalement actives dans le secteur des services de proximité (formation, éducation, petite enfance), le secteur du social et de la santé, le secteur de la culture et les cafés communautaires.
La mission du Social Economy Belfast Programme consiste à former les personnes avant qu'elles ne lancent leur entreprise, à exercer un rôle de mentor, à favoriser l'échange de bonnes pratiques ou encore à développer les réseaux. « Toutefois, le mentoring représente la part la plus importante de notre activité, m'explique Rachel. Le mentor peut aider l'entrepreneur social à travers les différentes phases de son projet : plan stratégique, plan marketing, recherche de financeurs, etc. »


Succes stories

Il semble que cette approche porte ses fruits, car le secteur connaît plus d'une success story. Ainsi, le Farset International est un hôtel construit dans le quartier ouest de la ville en 2003, sur une interface qui a été témoin par le passé d'affrontements entre Catholiques et Protestants. L'hôtel compte 38 chambres et met à disposition des salles de réunions et de conférences pour des groupes locaux et internationaux. Une bonne partie des invités de Banlieues d'Europe y logera d'ailleurs pour les deux nuits à venir. Cet hôtel vise à offrir des opportunités d'emploi aux habitants d'un quartier où le taux de chômage est élevé. La présence des touristes entraîne aussi des retombées économiques pour les commerces locaux.
Non loin d'ici, le Common Grounds Café a pris place dans un quartier où des tensions ont souvent opposés habitants et étudiants. Depuis septembre 2004, ce café communautaire favorisent la rencontre des habitants et des étudiants. Les bénéfices servent à financer des projets dans les pays du Tiers-Monde.
Et la liste ne s'arrête pas là...

Incertitudes pour le futur

L'efficacité de cet accompagnement à la création d'entreprises d'économie social pourrait ne plus être aussi bien assuré. « Avec le début de la nouvelle programmation 2007-2013, les fonds de l'Union européenne ont été réduits de manière significative en Irlande du Nord, me dit Rachel. Des 26 organisations de partenariats de stratégie locale (Local Strategy Partnerships), il pourrait bien n'en rester plus que 6 ou 7, beaucoup plus centralisés. En ce moment, elles existent toujours et sont en train de finaliser les payements de la dernière programmation européenne, qui autorise des dépenses jusqu'en 2008. Après, leur futur est plus qu'incertain. »

15/06/2007

Stewartstown Road Regeneration Project - 2

Juin 2002, je retourne sur le site du Stewartstown Road Regeneration Project (voir "Stewartstown Road Regeneration Project - 1"). Que de changements!

Trois ans plus tard, un supermarché a effectivement été construit sur la peaceline. La peaceline semble s’être quelque 18af599af52a8eac4bd54a15634db643.jpgpeu adoucie. Les thuyas et les grilles métalliques ont disparu et la route est fermée de manière plus esthétique : les tôles ont cédé la place à une porte de métal plus nette. Un immeuble neuf trône devant l’ancien : il accueille au rez-de-chaussée le bureau de poste et deux ou trois commerces. Certains éléments de la peaceline ont néanmoins été conservés pour des raisons de sécurité, mais les changements opérés vont dans le bon sens.

A l’étage du bâtiment, se trouvent les bureaux destinés à accueillir les services sociaux. Certaines pièces sont encore en chantier, mais plus pour longtemps. J'y retrouve John Hoey, un géant de deux mètres, à qui je donne 45 ans. Gestionnaire du bâtiment, il est actif dans le Stewartstown Road Regeneration Project depuis février 2001. Ce projet de revitalisation urbaine s’appuie sur des financements régionaux, nationaux, européens et internationaux. Il nous explique que le e0f5cec8d69b7b4f9b5044726906f58c.jpgbureau des directeurs du projet est composé d’un nombre égal de membres de Lenadoon et de Suffolk. En plus de cela, les contacts structurels entre les deux communautés sont nombreux. Dans le bâtiment, chaque communauté dispose du même espace de bureaux à l’étage. « Chacune a signé son bail à la même date selon les mêmes termes et les mêmes conditions, raconte John. Ce bâtiment sera utilisé par les deux communautés qui ont un droit équivalent à le posséder et à se trouver à l’intérieur. Des gens à revenus modestes viendront ici pour accéder aux services publics mis à leur disposition. Dans le hall central, une série d’équipements leur permettra de prendre une tasse de café ou de manger leur repas de midi et d’interagir avec les autres dans un cadre convivial. Au rez-de-chaussée, le bureau de poste et les magasins fournissent des services à l’usage des deux communautés, au même titre que le supermarché. La poste va par ailleurs engager des personnes issues des deux communautés. Enfin, tout projet futur (crèche, espace de jeux…) s’inscrira dans la même logique d’ espace partagé. »

e65a72b30b7cb1a2056f4a7b8eaad5d5.jpg