Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

11/03/2009

Quand la police remplace l'IRA

On l'oublie parfois, mais le démantelement de l'IRA - branche militaire du Sinn Fein - explique aussi l'actuelle montée en puissance des dissidents républicains, tels la RIRA (Real IRA - IRA véritable) ou la CIRA (Continuity IRA - IRA continuité).

Lorsqu'en 2005, l'IRA a accepté de démanteler définitivement son arsenal, elle n'est pas renoncé qu'à la lutte armée. L'IRA a aussi renoncé à son rôle de "police". Pendant les Troubles, les Catholiques avaient pour consigne de ne jamais appeler la police officielle s'ils se trouvaient confrontés à de problèmes de petite délinquance. L'IRA se chargeait de réprimer les comportements antisociaux (petite délinquance, trafic de drogues, etc.) et autres activités criminelles dans les quartiers républicains. Les Catholiques ne respectant pas ce mot d'ordre risquaient d'être dénoncés comme "collabos" à l'IRA.

Ce retour de l'Etat de droit dans certains quartiers n'est pas sans conséquence. Entre le cessez-le-feu de 1994 et le démantelement de 2005, l'IRA se chargeait elle-même de réprimer les activités de ses dissidents. Peu après l'attentat d'Omagh du 15 août 1998, des membres de l'IRA ont organisé des "descentes" dans les maisons de 60 personnes en lien avec la RIRA pour les forcer à démanteler leur organisation. D'autres actions violentes ont été menées par l'IRA contre les dissidents républicains pour les forcer à abandonner la lutte.

L'arrivée au pouvoir du Sinn Fein a changé la donne. Les anciens de l'IRA ont accepté de renoncer à la violence et doivent s'y tenir pour éviter toute crise gouvernementale. Du coup, la CIRA et la RIRA ont les coudées plus franches. Désormais, c'est à la police nord-irlandaise de réoccuper le terrain laissé libre par l'IRA.

 

 

10/03/2009

Début de campagne RIRA?

Un policier est abattu à Craigavon (Comté de Armagh), 48 heures après l'assassinat deux soldats britanniques à Antrim par la RIRA (IRA véritable). L'attentat n'a pas été revendiqué, mais on penche pour un coup de la RIRA. Faut-il y voir le début d'une campagne d'attentats de la RIRA? On serait tenté de le croire.

Le 7 février 2008, la RIRA avait entamé une nouvelle offensive avec pour objectif avoué de s'en prendre à des "cibles légitimes", soit des représentants de force de l'ordre. En mai 2008, un policier est blessé dans l'explosion de sa voiture - piégée par la RIRA - ; en décembre 2008, une roquette manque une véhicule de patrouille, aucun policier n'est blessé.

Autre hypothèse : l'acte d'un autre groupe républicain dissident, qui souhaite également rappeler son existence. Il pourrait s'agir de la CIRA (Continuity IRA) - très active dans le comté d'Armagh ; de l'INLA (Irish National Liberation Army) ou du tout récent IRLA (Irish Republican Liberation Army). En août 2008, une attaque au lance-grenades contre une patrouille de police a été revendiquée par la CIRA, la RIRA et l'IRLA. Le plus souvent la bannière républicaine sert à couvrir d'autres activités criminelles : trafic de drogues, vols, "tiger" kidnapping ou extorsions de fonds.

Pourquoi maintenant? Selon le rapport de novembre 20008 de l'Independent Monitoring Commission, la CIRA et la RIRA ont particulièrement été actifs au cours de la période de mars à août 2008. La CIRA a été à l'origine de nombreuses attaques qui auraient pu entraîner la mort des policiers. Mais, pour la période étudiée, la RIRA est l'auteur de la plupart des attaques et de nombres d'alertes à la bombe (avérées fausses). Il y a eu au total 14 tirs et attaques républicains de mars à août pour 10 tirs et attaques loyalistes.

Notons également que la police nord-irlandaise est en voie de "démilitarisation". Dans le cadre du processus de paix, la police engage des Catholiques en vue d'arriver à une police mixte. Un climat de confiance s'est instauré également : les patrouilles à pied et à vélos se développent, et de nouvelles relations se développent avec les quartiers catholiques qui attendent des résultats de la police. Autant de nouveautés tout à fait impensables pendant le conflit. Les policiers sont donc aujourd'hui plus vulnérables.

09/03/2009

Un attentat plus que prévisible

Le fait que deux soldats britanniques aient été abattus ce 7 mars dans une attaque menée par la RIRA (Real IRA - IRA véritable) ramène brutalement l'Irlande du Nord en tête de l'info internationale. Mais pour tout bon observateur de l'Ulster, l'attentat de la RIRA était plus que prévisible. Il s'inscrit dans la logique jusqu'au-boutiste des groupes dissidents républicains que sont la RIRA et la CIRA (Continuity IRA). La police nord-irlandaise avait également mis en garde contre l'imminence d'attentats déjà en 2007.

Outre l'attentat d'Omagh le 15 août 1998 (29 morts), la RIRA a été l'auteur de nombreuses attaques vis-à-vis de la police :

- mars 2006 : attaque d'une patrouille de police à Ballymena ;

- novembre 2007 : une attaque contre des policiers - dont un Catholique qui a été blessé -  à (London)Derry et une autre à Dungannon ;

- mai 2008 : un policier est blessé suite à l'explosion de sa voiture piégée par la RIRA ;

- décembre 2008 : attaque à la roquette contre une patrouille de police, pas de blessés.

A cela, il convient d'ajouter d'autres actions violentes contre des civils protestants et catholiques, dont un élu Sinn Fein. La RIRA est aussi impliquée dans d'autres activités criminelles tel le trafic de drogues et de fuel, des vol.

Le rapport de novembre 2008 de l'Independent Monitoring Commission concluait que la RIRA constituait une menace de plus en plus importante.

Il y a, à mon sens, peu de chance que la RIRA fasse capoter le processus de paix. J'y reviendrai dans un projet post.