Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

25/09/2007

Retour à Belfast - 7

Reprise (enfin!) de mes Chroniques belfastoires - toujours en guise de suite à "Un été à Belfast" (L'Harmattan). Lisez ou relisez les épisodes précédents dans la rubrique spécifique. Vous pourrez aussi les retrouver ainsi que d'autres aventures urbaines sur mon autre blog : http://memoires-urbaines.over-blog.com

 

La voiture se faufile tant bien que mal dans les embouteillages et la nuit noire. Elle gagne le quartier universitaire où se trouvent une partie des bureaux du Social Economy Belfast programme. Une perpendiculaire à Botanic Avenue est fermée par une barrière de sécurité. Rachel l'ouvre en tapant son code.

- Cette rue est notre parking. Il y a pas mal de bureaux par ici.

La rue m'avait l'air a priori plutôt résidentielle. Mais bon! Les maisons doivent dater du début du siècle - pas celui-ci, l'autre (le 20e siècle, puisque nous sommes censés être au 21e). Rachel connaît un endroit où le thé et les gâteaux valent le détour. Peu importe l'endroit pour moi. Du moment qu'on soit au chaud.

Le salon s'avère des plus accueillant. La clientèle semble majoritairement estudiantine, le personnel asiatique. Après avoir passé commande au bar, nous nous choisissons une table. Rachel sort plusieurs documents de son sac et entreprend de m'expliquer la situation de l'économie sociale en Irlande du Nord.

 

800 entreprises d'économie sociale

En 2004, l'Irlande du Nord comptait 800 entreprises d'économie sociale, dont 170 à Belfast. Celles-ci étaient, bien entendu, à différents stades de développement. La plupart se trouve implantée dans des zones défavorisées et participe au processus de réconciliation des communautés. A Belfast, elles sont principalement actives dans le secteur des services de proximité (formation, éducation, petite enfance), le secteur du social et de la santé, le secteur de la culture et les cafés communautaires.
La mission du Social Economy Belfast Programme consiste à former les personnes avant qu'elles ne lancent leur entreprise, à exercer un rôle de mentor, à favoriser l'échange de bonnes pratiques ou encore à développer les réseaux. « Toutefois, le mentoring représente la part la plus importante de notre activité, m'explique Rachel. Le mentor peut aider l'entrepreneur social à travers les différentes phases de son projet : plan stratégique, plan marketing, recherche de financeurs, etc. »


Succes stories

Il semble que cette approche porte ses fruits, car le secteur connaît plus d'une success story. Ainsi, le Farset International est un hôtel construit dans le quartier ouest de la ville en 2003, sur une interface qui a été témoin par le passé d'affrontements entre Catholiques et Protestants. L'hôtel compte 38 chambres et met à disposition des salles de réunions et de conférences pour des groupes locaux et internationaux. Une bonne partie des invités de Banlieues d'Europe y logera d'ailleurs pour les deux nuits à venir. Cet hôtel vise à offrir des opportunités d'emploi aux habitants d'un quartier où le taux de chômage est élevé. La présence des touristes entraîne aussi des retombées économiques pour les commerces locaux.
Non loin d'ici, le Common Grounds Café a pris place dans un quartier où des tensions ont souvent opposés habitants et étudiants. Depuis septembre 2004, ce café communautaire favorisent la rencontre des habitants et des étudiants. Les bénéfices servent à financer des projets dans les pays du Tiers-Monde.
Et la liste ne s'arrête pas là...

Incertitudes pour le futur

L'efficacité de cet accompagnement à la création d'entreprises d'économie social pourrait ne plus être aussi bien assuré. « Avec le début de la nouvelle programmation 2007-2013, les fonds de l'Union européenne ont été réduits de manière significative en Irlande du Nord, me dit Rachel. Des 26 organisations de partenariats de stratégie locale (Local Strategy Partnerships), il pourrait bien n'en rester plus que 6 ou 7, beaucoup plus centralisés. En ce moment, elles existent toujours et sont en train de finaliser les payements de la dernière programmation européenne, qui autorise des dépenses jusqu'en 2008. Après, leur futur est plus qu'incertain. »

27/06/2007

Retour à Belfast - 6

Suite des rencontres de Banlieues d'Europe à Belfast et de mes Chroniques belfastoises là-bas - que j'aurais pu appeler "Un Automne à Belfast" (24 novembre 2006) 

Repenser l'image de l'Irlande du Nord

Changer l’image des communautés en transition est l’objectif que se sont fixés les acteurs culturels nord-irlandais. Paul Sweeney,f997306a12f6bd9256032fd000a5656a.jpg Permanent Secretary, Departement of Culture, Arts and Leisure (Irlande du Nord), constate que d’autres communautés, d’autres religions, ont émergé depuis la fin du conflit. Dès lors, de nouvelles voies pour vivre ensemble doivent être explorées. Et cela nécessitera du temps, car de nombreux voisins ont vécu le conflit. A cette fin, de nombreux investissements ont été consacrés à la création artistique, à la création de lieux publics partagés, par le biais des programmes européens de réconciliation Peace 1 et Peace 2.

Pour James Kerr, Executive Director du Verbal Arts Centre à Derry, le monde des arts est confronté à deux défis en Irlande du Nord : premièrement, il faut convaincre les pouvoirs publics d’investir dans les communautés locales, deuxièmement, il faut évaluer les avantages des programmes d’art pour les faire valoir auprès du gouvernement. « Si on ne peut pas quantifier ces avantages, il y aura toujours quelqu’un pour dire qu’il y a d’autres priorités. » Mais les défis ne s’arrêtent pas là. Francesca Biondi du New Belfast Community Arts Initiative identifie tout d’abord un défi politique en termes de perception des communautés par rapport aux programmes artistiques. Il s’agit d’encourager la régénération rurale et urbaine par le biais de la culture. Deuxième défi : il faut réfléchir à la signification d’une œuvre non seulement par rapport au message véhiculé, mais aussi en termes artistiques. Pour cela, la consultation et la participation des communautés est indispensable pour renforcer le sentiment de propriété des projets. Et c’est là le troisième enjeu : les communautés ont un rôle de moteur pour les processus artistiques dans le cadre de la régénération et du renouvellement des espaces publics. Ces ingrédients prennent tout leur sens, surtout lorsqu’on remplace des peintures murales à connotation politique par d’autres totalement neutre. L'intervention de Katrina Newell, Youth Arts Coordinator au New Lodge Arts, abonde dans ce sens : la régénération doit avoir un objectif de renforcement de la communauté.

Lutter contre le racisme : quelques expériences de terrain

 
Contrer la montée de la xénophobie et de l'extrême droite implique de recourir à divers modes de résistance. La culture en est un. A Liverpool, le poète Levi Tafari, travaille sur des projets d’éducation en menant des ateliers d’écriture dans les écoles, les collèges, les universités, les maisons de jeunes, les prisons et les bibliothèques. Dans la banlieue de Lyon, Fernanda Leite, directrice du Centre culturel de Villeurbanne, mène des activités axées sur le dialogue interculturel.
A Ottakring, un quartier comptant beaucoup d’immigrés et de logements dégradés, près de Vienne, un groupe d’architectes et d’artistes veillent à assurer la participation de la communauté locale dans le cadre de la revitalisation urbaine du quartier. La Brunnemark est l’épine dorsale du quartier : 600 m de bazar avec 75 % de commerçants d’origine immigrée. Le groupe d’architectes et d’artistes mènent des projets engagés qui touchent la société, avec le secteur associatif, les associations de jeunesse et les centres scolaires. Ces projets incluent des personnes marginalisées. Il n’y a pas de gentrification, car le but est de garder les gens dans le quartier.
En Israël, le projet « Hand in hand » regroupe trois écoles mixtes mélangeant des enfants juifs israéliens et des enfants arabes israéliens. « Chaque classe compte deux enseignants : l’un enseigne en arabe, l’autre en hébreu », raconte Simone Susskind, présidente de « Actions en Méditerranée » (Bruxelles). On y parle de la religion de l’autre, des fêtes de l’autre. Après la première année, chaque enfant peut comprendre la langue de l’autre, après quatre ans ils maîtrisent totalement la langue. Cela a un impact sur les parents puisque les enfants vont les uns chez autres, dorment sur place… Les parents doivent donc se rencontrer, être en relation. Pour Simone Susskind, la généralisation de ces projets à l’ensemble du système scolaire israélien permettrait de résoudre nombre de problèmes.

Attentat 

En fin d’après-midi, Rachel Marshall du Social Economy Belfast programme vient me chercher au Spectrum Centre. Le temps qu'elle m’emmène en voiture jusqu’au centre, la nuit est déjà tombée. Il est vrai que nous sommes beaucoup plus proche du cercle polaire. A la radio, un journaliste annonce qu’il y a eu une tentative d’attentat au Parlement de Stormont. Le silence se fait dans l’habitacle. Aujourd’hui est un jour-clé. Les différentes parties en présence doivent démontrer qu’elles sont arrivées à un accord pour gouverner ensemble. Dans le cas contraire, Londres reprendra en main la gestion de l’Irlande du Nord. Le journaliste parle d’un homme armé, de bombes… C’est un peu confus. J’achèterai les journaux du soir pour en savoir plus. Au-dehors, la vie ne s’arrête pas pour autant. Heure de pointe oblige, nous roulons au pas. Nous ne pouvons que commenter cet événement sur lequel nous n’avons aucune prise.

 

10/06/2007

Retour à Belfast - 5

3895f77483d7f6d27db93f32218311c4.jpgL'action se déroule toujours le vendredi 24 novembre 2006. 

Après avoir traversé un quartier des plus tristes nous arrivons dans Shankill Road, au Spectrum Centre. Des fresques plus évidentes apparaissent. De nouveau les mêmes questions. Je remplis mon rôle de guide touristique improvisé. Je sympathise avec Nadir, journaliste à Beur FM (Paris). Le temps est chagrin. Nous nous hâtons de nous réfugier à l’intérieur. Les Rencontres vont commencer. Compte-rendu journalistique.

 

Mise en bouche

Depuis 1990, le réseau Banlieues d’Europe, constitué d’acteurs culturels, d’artistes, de chercheurs, d’élus, travaille à l’échange de pratiques et d’informations « pour évaluer et promouvoir les projets d’action culturelle naissant dans les quartiers en difficultés en Europe. »

Pour ces 13es rencontres, Banlieues d’Europe soulignait l’importance de la culture dans les conflits : « Certains pourraient arguer que la culture et l’art ne sont que purs divertissements imaginaires, mais nous répondons que la force des représentations imaginaires et symboliques est déterminante. L’Histoire récente des conflits ethniques et religieux dans le monde, de la montée du nationalisme ou de la xénophobie, au nom de l’identité culturelle le démontre largement. La culture est au centre de tous ces conflits, au croisement de l’imaginaire et du symbolique, de l’ensemble des représentations et des valeurs qui traversent une société humaine. »

D’om l’idée du réseau européen d’inviter des représentants de projets artistiques et culturels qui cherchent à développer le dialogue entre les différentes communautés, « en conflit ou en voie de l’être ». Pour Banlieues d’Europe, « il s’agit de les faire valoir et de soutenir le développement d’activités de ce type dans des contextes de conflits existants ou larvés, afin de contribuer à leur prévention, à leur résolution. »

Au cœur du sujet

« Avoir choisi Belfast nous évitera de rester dans le discours », déclare d’entrée de jeu Olivier Gagnier, chargé de mission au ministère de la Culture – Délégation au développement et aux Affaires internationales (France). Soulignant le fait qu’il y a une diversité culturelle à faire vivre, il insiste sur la nécessité de moderniser les relations de partenariats entre les organismes de gestion des pouvoirs publics et la société civile et les associations, qui n’ont pas de légitimité politique, mais qui ont en revanche un rôle d’éclairage, d’avertissement. « On n’est plus dans l’animation culturelle des années 60, mais dans une problématique de cohésion sociale et territoriale pointées lors du sommet de Lisbonne », complète l’orateur. Dans ce cadre, l’éducation culturelle et artistique peuvent être un vecteur d’échanges et devraient faire partie du socle de l’éducation.

Heather Floyd, directrice du Community Arts Forum (Irlande du Nord) abonde dans ce sens. Pour elle, il y a eu beaucoup de changements dans les quartiers en cris grâce à l’action culturelle. « L’art est une vraie contribution au processus de réconciliation en Irlande du Nord. Il stimule l’imagination, la société. » Gerri Moriarty, artiste et consultante à Belfast, ajoute qu’aujourd’hui les deux grandes communautés d’Irlande du Nord ont comme défi de combler le vide de l’incompréhension culturelle : « Il est temps de passer de la tolérance, qui n’exige pas d’implication - on peut vivre l’un à côté de l’autre sans se rencontrer –, au respect qui exige de s’engager et a donc un impact en termes culturel. »

De son côté, Roger Tropéano, président du réseau « Les rencontres », qui regroupent les élus à la Culture dans les différentes collectivités territoriales, estime également que le monde artistique participe à la résolution des conflits, mais il se demande aussi si les conflits ne sont pas une conséquence de diversités culturelles exacerbées. Pour sa part, Jean Hurstel, président du réseau Banlieues d’Europe, replonge dans ses souvenirs d’enfance pour illustrer la question du conflit. « Quand j’étais gosse, raconte-t-il, en juillet, on allait au bord du Rhin, On regardait de l’autre côté. Alors on voyait des ombres au loin. On se disait : ‘Ca, ce sont des Allemands’. On nommait ainsi l’ennemi héréditaire. C’est à la frontière que se joue les regards de l’autre. En même temps, il y avait ces péniches qui faisaient rêver à la mer, à tout ce qui venait de l’extérieur. C’est peut-être cela le rôle de la culture… On a souvent une image dépréciative de l’autre. La vraie question du conflit n’est pas d’avoir une mauvaise image de l’autre. La vraie question est de comprendre pourquoi je passe à l’acte. Pourquoi en une nuit des Serbes et des Bosniaques deviennent des ennemis alors qu’ils mangeaient et festoyaient encore ensemble la veille ? La question n’est pas le conflit, le conflit est permanent. La question est le passage à l’acte. Pourquoi ? Parce qu’il manque la symbolique, la culture, la possibilité de parler avec l’autre, d’échanger des représentations. Bref, comment éviter le passage à l’acte via la culture ? » 

(...)

 

 

 

25/05/2007

Retour à Belfast - 4

En attendant que les urnes soient complètement dépouillées en République d'Irlande, je vous livre le 4e épisode des Chroniques belfastoises.

En ce vendredi 24 novembre 2006, je me réveille au petit matin dans un hôtel où la moitié des participants aux 13e rencontres de Banlieues d'Europe a vainement tenté de dormir. C'est une journée particulière. Aujourd'hui, les différents partis politiques d'Irlande du Nord doivent se prononcer sur l'accord de Saint-Andrew (Ecosse). Ce dernier s'inscrit dans la lignée de l'accord de paix de 1998 pour restaurer le parlement nord-irlandais, le Stormont. D'ailleurs, c'est là que sont censés se réunir les partis. Et tout ne va pas se passer comme prévu...

Je fus bien inspiré d’emporter dans mes bagages une boite de boules « Quies ». A deux heures du matin, la fête battait toujours son plein quelque part dans le Balmoral Hotel. Sans doute au bar. Mes alliées acoustiques m’ont permis de passer une bonne nuit. A l’inverse de mes petits camarades de Banlieues. Mon voisin de couloir, Bouchaïb, avait une tête de déterré ce matin. Lorsque je rejoins la salle à manger pour le breakfast, les autres n’ont pas l’air en meilleure forme. Francis Kochert, journaliste, rencontré à Paris quelques mois plus tôt ; son ami Hervé, un Alsacien de Sarreguemines avec qui j’ai sympathisé la veille et qui a beaucoup apprécié mon livre ; Jean Hurstel ; Myriam, Frédérique et Sarah de Banlieues d’Europe ; Yvette Lecomte de la Communauté française de Belgique et j'en passe…
Il faut se hâter de manger, le car n’attend pas. On se retrouve rapidement à prendre un trajet similaire à hier. On passe devant le projet de régénération urbaine de Stewartstownroad. Il fait gris. On se retrouve dans cette portion du quartier catholique qui était embouteillée la veille au soir. Autour de moi, les gens s’interrogent sur l’endroit où nous sommes, la signification des drapeaux noirs, des fresques murales. J’explique en retour que ces drapeaux font référence au 25e anniversaire de la grève de la faim menée par plusieurs membres de l'IRA en 1981. Cela vaut aussi pour les fresques représentant un grand H, qui fait référence à "Hunger stryke" ou à la forme de la prison - j'avoue ne plus savoir.

464e3264304b644c09f31383e5840d5f.jpg 

Du coup, il ne faut pas cinq minutes pour que je devienne le centre d’attention de dix paires d’oreilles. Le plus connu, Bobby Sands, s'était même fait élire au parlement de Westminster tout en étant en prison. Ils tentaient d'obtenir le statut de prisonnier politique. Le gouvernement britannique n’a pas cédé. Bobby Sands est mort au bout de 66 jours. Neuf autres prisonniers de l’IRA et de l’INLA (Irish National Liberation Army, une dissidence de l’IRA) ont suivi peu de temps après. Ce fut une des plus grosses victoires médiatiques pour le mouvement républicain, qui lui valut une sympathie quasi-internationale.

Le car franchit une peaceline, dont les deux portes de métal sont grandes ouvertes. La nuit, elles seront refermées. Mesure de prévention. Garantie de sécurité. Les souvenirs du conflit restent vivaces dans les mémoires.

220d3a1cb06e2ccaf7691683d52eb278.jpg