Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

13/03/2009

British Irish Rights Watch lauréate

Un communiqué de presse du Conseil de l'Europe annonce que "l'organisation British Irish Rights Watch a été choisie comme lauréate de la toute première édition du prix des droits de l'homme de l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe (APCE), qui récompense " des actions exceptionnelles de la société civile dans la défense des droits de l'homme en Europe " (...) Le panel a salué " le travail courageux et exceptionnel de suivi " de l'organisation, " mettant en lumière les violations des droits de l'homme, et son combat contre l'impunité en Irlande du Nord ". Il a également salué la " vigilance " de l'ONG pour assurer que les mesures prises pour combattre le terrorisme soient conformes aux normes internationales des droits de l'homme."


Le communiqué précise aussi que "British Irish Rights Watch - qui reste entièrement neutre quant à l'issue constitutionnelle du conflit et collabore avec tous les groupes de la société - enquête sur les allégations de violations des droits de l'homme, propose des services de consultance aux avocats, organise des témoignages d'experts et envoie des observateurs indépendants dans les procès et les enquêtes. Une part importante de son travail est assuré par des bénévoles."

11/03/2009

Quand la police remplace l'IRA

On l'oublie parfois, mais le démantelement de l'IRA - branche militaire du Sinn Fein - explique aussi l'actuelle montée en puissance des dissidents républicains, tels la RIRA (Real IRA - IRA véritable) ou la CIRA (Continuity IRA - IRA continuité).

Lorsqu'en 2005, l'IRA a accepté de démanteler définitivement son arsenal, elle n'est pas renoncé qu'à la lutte armée. L'IRA a aussi renoncé à son rôle de "police". Pendant les Troubles, les Catholiques avaient pour consigne de ne jamais appeler la police officielle s'ils se trouvaient confrontés à de problèmes de petite délinquance. L'IRA se chargeait de réprimer les comportements antisociaux (petite délinquance, trafic de drogues, etc.) et autres activités criminelles dans les quartiers républicains. Les Catholiques ne respectant pas ce mot d'ordre risquaient d'être dénoncés comme "collabos" à l'IRA.

Ce retour de l'Etat de droit dans certains quartiers n'est pas sans conséquence. Entre le cessez-le-feu de 1994 et le démantelement de 2005, l'IRA se chargeait elle-même de réprimer les activités de ses dissidents. Peu après l'attentat d'Omagh du 15 août 1998, des membres de l'IRA ont organisé des "descentes" dans les maisons de 60 personnes en lien avec la RIRA pour les forcer à démanteler leur organisation. D'autres actions violentes ont été menées par l'IRA contre les dissidents républicains pour les forcer à abandonner la lutte.

L'arrivée au pouvoir du Sinn Fein a changé la donne. Les anciens de l'IRA ont accepté de renoncer à la violence et doivent s'y tenir pour éviter toute crise gouvernementale. Du coup, la CIRA et la RIRA ont les coudées plus franches. Désormais, c'est à la police nord-irlandaise de réoccuper le terrain laissé libre par l'IRA.

 

 

Bientôt "l'oubli"?

Je me demande si, d'ici une à deux semaines, l'Irlande du Nord fera toujours l'objet d'articles dans la presse internationale? Pour suivre le processus de paix depuis quelques années, je constate qu'on n'en parle que lorsque des "troubles" y éclatent. Classique me direz-vous.

Quoiqu'il en soit, s'il n'y a pas d'autre attentats dans les prochains jours, il est fort probable que l'Irlande du Nord retombe dans l'oubli médiatique.

Dommage! Le processus de paix se porte bien, la réconciliation est en marche et les groupes dissidents n'ont pas le soutien de la population. C'est peut-être cela l'essentiel et non pas les combats d'arrière-garde de quelques groupuscules catholiques et protestants qui ne représentent qu'eux-mêmes et leurs intérêts.

 

09:27 Publié dans Actu | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : cira, ira, rira

10/03/2009

C'était bien la CIRA

Dans mon post précédent "Début de campagne RIRA", j'avais émis l'hypothèse qu'un autre groupe dissident pouvait être l'auteur du meurtre de l'officier de police à Craivagon. Celle-ci vient malheureusement d'être confirmée. La CIRA (Continuity IRA - IRA de la Continuité) a revendiqué l'attentat.