Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

25/05/2007

Retour à Belfast - 4

En attendant que les urnes soient complètement dépouillées en République d'Irlande, je vous livre le 4e épisode des Chroniques belfastoises.

En ce vendredi 24 novembre 2006, je me réveille au petit matin dans un hôtel où la moitié des participants aux 13e rencontres de Banlieues d'Europe a vainement tenté de dormir. C'est une journée particulière. Aujourd'hui, les différents partis politiques d'Irlande du Nord doivent se prononcer sur l'accord de Saint-Andrew (Ecosse). Ce dernier s'inscrit dans la lignée de l'accord de paix de 1998 pour restaurer le parlement nord-irlandais, le Stormont. D'ailleurs, c'est là que sont censés se réunir les partis. Et tout ne va pas se passer comme prévu...

Je fus bien inspiré d’emporter dans mes bagages une boite de boules « Quies ». A deux heures du matin, la fête battait toujours son plein quelque part dans le Balmoral Hotel. Sans doute au bar. Mes alliées acoustiques m’ont permis de passer une bonne nuit. A l’inverse de mes petits camarades de Banlieues. Mon voisin de couloir, Bouchaïb, avait une tête de déterré ce matin. Lorsque je rejoins la salle à manger pour le breakfast, les autres n’ont pas l’air en meilleure forme. Francis Kochert, journaliste, rencontré à Paris quelques mois plus tôt ; son ami Hervé, un Alsacien de Sarreguemines avec qui j’ai sympathisé la veille et qui a beaucoup apprécié mon livre ; Jean Hurstel ; Myriam, Frédérique et Sarah de Banlieues d’Europe ; Yvette Lecomte de la Communauté française de Belgique et j'en passe…
Il faut se hâter de manger, le car n’attend pas. On se retrouve rapidement à prendre un trajet similaire à hier. On passe devant le projet de régénération urbaine de Stewartstownroad. Il fait gris. On se retrouve dans cette portion du quartier catholique qui était embouteillée la veille au soir. Autour de moi, les gens s’interrogent sur l’endroit où nous sommes, la signification des drapeaux noirs, des fresques murales. J’explique en retour que ces drapeaux font référence au 25e anniversaire de la grève de la faim menée par plusieurs membres de l'IRA en 1981. Cela vaut aussi pour les fresques représentant un grand H, qui fait référence à "Hunger stryke" ou à la forme de la prison - j'avoue ne plus savoir.

464e3264304b644c09f31383e5840d5f.jpg 

Du coup, il ne faut pas cinq minutes pour que je devienne le centre d’attention de dix paires d’oreilles. Le plus connu, Bobby Sands, s'était même fait élire au parlement de Westminster tout en étant en prison. Ils tentaient d'obtenir le statut de prisonnier politique. Le gouvernement britannique n’a pas cédé. Bobby Sands est mort au bout de 66 jours. Neuf autres prisonniers de l’IRA et de l’INLA (Irish National Liberation Army, une dissidence de l’IRA) ont suivi peu de temps après. Ce fut une des plus grosses victoires médiatiques pour le mouvement républicain, qui lui valut une sympathie quasi-internationale.

Le car franchit une peaceline, dont les deux portes de métal sont grandes ouvertes. La nuit, elles seront refermées. Mesure de prévention. Garantie de sécurité. Les souvenirs du conflit restent vivaces dans les mémoires.

220d3a1cb06e2ccaf7691683d52eb278.jpg

Les commentaires sont fermés.